Etudes - Syndicat des Couzes : SIAV

Syndicat Intercommunal d'Aménagement de la Vallée
de la Couze Pavin, de la Couze de Valbeleix et de leurs affluents
Aller au contenu

Menu principal :

Actions

Etudes :


1. Suivi de la qualité de l’eau et des milieux

Afin de mesurer l’évolution de la qualité des masses d’eau, au vu des actions du contrat, un suivi de la qualité de l’eau est nécessaire.
L’état initial des masses d’eau a été mesuré lors d’un précèdent diagnostic en 2015, avec des analyses physico-chimique, de diatomées (IBD) et de macro-invertébrés (IBGN).
De plus, une étude est prévue à la fin du contrat afin d’apprécier l’amélioration de l’état des masses d’eau au terme du contrat et sa contribution à l’atteinte du bon état des masses d’eau.

Objectifs :
• Connaître l’évolution de la qualité physico-chimique et biologique des masses d’eau du territoire.
• Identifier les paramètres de déclassement de la qualité de l’eau.
• Evaluer l’efficacité des travaux effectués dans le cadre du contrat.

2. Diagnostics individuels d’exploitations et accompagnement des agriculteurs

La partie aval de la Couze Pavin (dans la plaine de l’Allier) est dominée par les cultures céréalières intensives. Ces cultures sont fortement demandeuses d’eau pour l’irrigation des champs, et reçoivent de nombreux produits (engrais, pesticides, etc.) qui, s’ils sont mal utilisés, se retrouvent dans les cours d’eau et les nappes.
Ce secteur, plus orienté sur l’activité céréalière, permet de dégager les pratiques observées en matière de traitements phytosanitaires et de fertilisation sur les zones de cultures ainsi qu’une problématique d’érosion des sols par différents facteurs : ruissellement, vent, travail agricole, etc.
Dans la partie amont du bassin versant, l’élevage prend souvent un caractère extensif (estives), avec une production intensive de fromage, dans la zone d'appellation d'origine protégée du Saint-Nectaire (AOP Saint-Nectaire).
Il s’agit là d’exploitations d’élevage laitières et fromagères, allaitantes ou mixtes disposant de parcellaires « tout herbe », caractéristiques qui se retrouvent sur les 2/3 Ouest du territoire du bassin versant de la Couze Pavin.
Les principaux sous-produits de la fabrication de ce fromage sont le lactosérum ou petit lait, les eaux blanches (eaux de lavage) et les eaux brunes (effluents d'élevage). Le petit lait est collecté (tous les 2 jours) pour certaines exploitations, dans d’autres, il est stocké en fosse avant d’être épandu, mélangé avec les effluents d’élevage. Ces effluents peuvent être chargés, et encore insuffisamment traités malgré l’amélioration apportée par la collecte du lactosérum, d'où le constat de rejets au milieu.
Le diagnostic de territoire effectué dans le cadre du Volet agricole du Contrat territorial par la CDA63 met en avant des difficultés de gestion des effluents pour les agriculteurs, liées à l’insuffisance de capacité de stockage des effluents du fumier et/ou du lisier, en particulier en période hivernale.
L’un des objectifs du contrat territorial est de réaliser environ 50 diagnostics individuels d’exploitation afin d’analyser les risques de pollutions diffuses liées aux pratiques agricoles et aux effluents d’élevage puis de proposer des actions d’amélioration et d’aboutir à la formulation d’un projet individuel proposant des évolutions de pratiques et/ou de système.

3. Améliorer la gestion du flux de sédiments entrant dans le lac des Hermines

Le lac des Hermines est un lac artificiel créé en 1968 pour la pratique de loisirs aquatiques et l’alimentation des canons à neige en période hivernale. Il est situé dans la station de vacances de Super-Besse, sa profondeur est de 11 m et sa superficie est de 8 ha. Il constitue un atout touristique majeur du territoire.
L’érosion des sols, accélérée par les nombreuses activités à Super-Besse (ski, VTT, travaux…) favorise l’arrivée de sédiments dans le lac. De plus, le déficit de sédiments à l’aval du lac provoque une érosion très prononcée des berges.
Une meilleure gestion des entrée-sorties de sédiments dans le lac doit être mise en place, afin de freiner au mieux son comblement et de pallier le déficit de sédiments en aval.
Pour cela, 2 actions sont prévues dans le cadre du contrat :

• Une étude physico-chimique des sédiments et des eaux entrantes dans le lac (affluents, bassins de rétention), de la charge interne du lac (sédiments stockés) et des eaux sortantes (exutoires), pour mieux appréhender les phénomènes d’apports et de relargage du phosphore sur la qualité des eaux du lac (proposition de système de rétention des sédiments).

• Un plan de gestion destiné à déterminer les modalités d'une gestion durable des sédiments. Cette étude doit permettre de déterminer les volumes, le (ou les) lieu(x) de dépôts, la qualité et les modalités du suivi des sédiments repris.

4. Etude hydromorphologique sur la Couze Pavin à Saint-Vincent


Une étude hydromorphologique a été lancée en 2017 sur les 2 km de cours d’eau de la commune de Saint-Vincent dont les objectifs sont de :

- Comprendre le fonctionnement hydromorphologique de la Couze Pavin,
- Déterminer l’espace de mobilité,
- Mettre en évidence la dynamique fluviale (exhaussement/incision, dynamique latérale),
- Identifier les dysfonctionnements et leurs origines (localiser et hiérarchiser les enjeux),
- Proposer un programme d’action global de restauration de l’espace de divagation du cours d’eau, la réouverture des bras morts, la reconnexion avec le lit majeur, etc.

En effet, ce secteur du village est caractérisé par l’arrivée de la Couze Pavin dans la plaine de Limagne à sa sortie des gorges sur la commune de Saint-Floret.

La Couze Pavin a fait l’objet depuis les années 50 de travaux lourds de réajustement de la rivière (curages, rectification, création de merlons, etc.) dont un en 1976 qui a eu pour effet de creuser le lit de la Couze Pavin d’1.5 m.
Ces aménagements peuvent induire : - Des changements de tracés localisés,
- Une réduction sensible de la sinuosité des méandres,
- La disparition des bancs sablo-graveleux,
- Une incision du lit mineur et érosions des berges,
- Une réduction importante de la largeur du lit mineur et de la sinuosité du cours d’eau,
- Des déstabilisations d’ouvrages hydrauliques et de voirie,
- Des changements de tracés localisés et la déconnexion des bras secondaires,
- La baisse de hauteur de la nappe alluviale pouvant induire une baisse de la productivité des captages d’eau ainsi qu’une réduction du soutien d’étiage de la nappe vers le cours d’eau et l’assèchement des annexes alluviales.

Ces travaux ont donc eu pour effet la modification du profil, aujourd’hui plus ou moins stabilisé.
Toutefois, il apparait que la charge alluviale est insuffisante pour permettre une reconstitution complète des stocks d’alluvions engendrant ainsi plusieurs phénomènes sur le secteur comme l’incision du lit mineur et des érosions de berges.
Pour finir, l’état des lieux du SIAV Couze Pavin (2012 – 2014) montre que la rivière apparait aujourd’hui corsetée par une multitude d’enrochements et de protections de berges souvent illégales qui bloquent toute velléité de sapement latéral et accélèrent les écoulements vers l’aval.
Exemple de bras morts déconnectés du cours d’eau
Exemple des conséquences des travaux antérieurs sur la Couze Pavin.
A gauche : Erosion du chemin des jardins. A droite : Incision du lit du cours d’eau.






Agence de l'eau Loire Bretagne
Conseil départemental du Puy-de-Dôme (63)
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Etablissement public du ministère
chargé du développement durable
Retourner au contenu | Retourner au menu