Continuité écologique - Syndicat des Couzes : SIAV

Syndicat Intercommunal d'Aménagement de la Vallée
de la Couze Pavin, de la Couze de Valbeleix et de leurs affluents
Aller au contenu

Menu principal :

Actions > Cours d'eau
Continuité écologique :

Qu’est-ce que la continuité écologique ?

La continuité écologique, dans une rivière, consiste en la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques (Article R214-109 du Code de l’Environnement).

D’amont en aval, la continuité écologique peut être entravée par des obstacles comme les seuils, buses, endiguement et barrages, ce qui peut avoir de lourdes conséquences pour la survie des espèces.  

Pour rétablir la continuité écologique plusieurs interventions sont possibles :
• Réduction de la hauteur de l’ouvrage
• Ouverture d’une brèche
• Installation d’un dispositif de franchissement piscicole (passe à poisson, bassins)
• Rivière de contournement
• Manœuvre des vannes

Réglementation :

Pour assurer le rétablissement de la continuité écologique au sein des bassins hydrographiques, l’article L.214-17 du Code de l’Environnement a établi une liste de cours d’eau, où tout ouvrage doit être entretenu et équipé pour assurer la circulation correcte des sédiments et des poissons.
La liste 1 regroupe tous les cours d’eau classés en très bon état écologique,  qui constituent des réservoirs biologiques ou à enjeu des poissons migrateurs. Le classement en liste 1 interdit la construction de tout nouvel obstacle à la continuité écologique.
La liste 2 concerne les cours d'eau sur lesquels des actions de restauration de la continuité écologique (libre circulation des poissons et du transport sédimentaire) sont à mettre en place.
Lorsqu’un cours d’eau est classé en liste 2, les propriétaires d’ouvrages existants ont pour obligation de les aménager pour les rendre franchissables.

Nos actions :

La Couze Pavin et ses affluents sont compartimentés à de nombreux endroits par des ouvrages faisant obstacle à la continuité écologique (seuils, barrages, buses…).

La Couze Pavin est un cours d'eau actuellement classé « cours d'eau à migrateurs » par l'arrêté du 1/8/2002 au titre de l'article L. 432-6 du code de l'environnement, pour les espèces suivantes : le saumon atlantique, l’anguille et la truite fario.

Elle est aussi classée en réservoir biologique par le SDAGE Loire-Bretagne, le rétablissement de la continuité écologique sur ce cours d’eau est donc indispensable pour maintenir les populations piscicoles et les activités de pêche.
11 ouvrages communaux (ou en partie) ont été sélectionnés (4 sur le ruisseau d’Antaillat, 1 sur le ruisseau de Sault et 6 sur la Couze Pavin) selon plusieurs critères (linéaire réouvert, qualité des milieux en amont, difficulté et coût de réalisation, classement réglementaire des ouvrages…) afin de réaliser les travaux de mise en conformité dans le cadre du Contrat territorial.

1. Arasement du seuil de la prise d’eau de la station biologique de Besse (Pavin 20)

Le Pavin 20 était l’ancienne prise d’eau de la station biologique de l’Université Blaise Pascal à Besse et Saint-Anastaise. Une première mise aux normes avait déjà été réalisée par le propriétaire avec le retrait de la vanne et la destruction de canal d’amenée dans le but de réaliser un passage préférentiel pour les poissons en rive droite. Toutefois, avec le temps, ce passage s’était comblé (embâcles / sédiments) et n’était plus fonctionnel.

En 2015, le syndicat a réalisé l’arasement complet de l’ouvrage. Ce qui a permis en plus de la restitution de la continuité écologique, d’éviter la formation d’embâcles

Obstacle « Pavin 20 » de Besse et Saint-Anastaise avant travaux
Obstacle « Pavin 20 » de Besse et Saint-Anastaise après travaux
2. Arasement du seuil de pont Estrade (Pavin 6)

Le Pavin 6 était le seuil de l’ancienne prise d’eau pour l’alimentation en eau potable (hauteur de 0,9 m), à Meilhaud, propriété de la ville d’Issoire et n’avait plus d’usage aujourd’hui.
L’arasement de l’ouvrage ainsi que l’abattage préventif d’environ 40 arbres a été réalisé en octobre 2016 permettant ainsi de restaurer la libre circulation piscicole et sédimentaire.


Obstacle « Pavin 6 » de Meilhaud avant travaux
Obstacle « Pavin 6 » de Meilhaud après travaux






Agence de l'eau Loire Bretagne
Conseil départemental du Puy-de-Dôme (63)
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Etablissement public du ministère
chargé du développement durable
Retourner au contenu | Retourner au menu